Hello, moi c'est Orsolya !

Je m'appelle Orsolya, j'ai 35 ans. Je suis photographe d'accouchement et de famille basée à Hazebrouck, entre Dunkerque et Lille dans la région Hauts de France.


Mon prénom (Ursula en hongrois) veut dire “petite oursonne”. Il se prononce “Or-sho-ïa” (avec un r roulé comme en espagnol).⁠

Je suis née à Budapest quelques années avant la chute du rideau de fer – et quelques mois après le catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Après mon bac franco-hongrois d’un lycée public de Budapest, j’ai fait un premier diplôme en photojournalisme en Hongrie.

Je suis arrivée en France en 2010 en tant qu’étudiante de la fac Paris 8. J’ai fait un master en art contemporain et débuté ensuite une thèse en cotutelle internationale et interdisciplinaire entre la Hongrie et la France, entre les sciences sociales et l’histoire de la photographie. Ma recherche portait sur les questions de l’identité, la migration et la création artistique : je me sentais profondément concernée par les questionnements de la crise migratoire. Je venais juste de terminer mes 4 ans d’études et de cours quand je suis tombée enceinte – la rédaction de ma thèse a donc été mise à côté.

Et puis, suite à la naissance de mon fils et le post-partum, ma vision du monde, de ma propre vie et de mes priorités s’est complètement bouleversée. Je voulais tout arrêter – la photographie, la recherche, les études – pour œuvrer à combler les lacunes dans notre société dont je souffrais en tant que jeune maman.

L’allaitement, le portage, la DME, l’éducation bienveillante et sans violence, la physiologie de la naissance, l’accompagnement holistique des mamans et des familles en devenir : voici quelques sujets qui me passionnaient, et me passionnent toujours. Je voulais faire une reconversion totale et me tourner vers un métier de la périnatalité.

C’est en me renseignant sur les formations de doula que je suis tombée sur une image d’une photographe d’accouchement australienne, Lacey Barratt, et que quelque chose m’a frappée, touchée, bouleversée. Cette image m’a fait vibrer le cœur et le corps. Ça a l’air super banal (moi qui ai horreur des banalités !), mais j’ai tout de suite su que c’était ma voie. Que c’était ma vocation. Que tout ce que j’avais fait jusqu’ici m’a amenée à ce but : réaliser des reportages d’accouchement.

Mais pas que. Ce n’est pas seulement d’un reportage photo ou d’une séance photo dont il s’agit pour moi. Ce que je souhaite, c’est vous accompagner, vous écouter, savoir ce que vous sentez, et transmettre vos émotions et votre vision en images. C’est pour cette raison que mon envie de devenir doula est toujours très forte.

Sur le plan personnel, je suis hongroise dite naturalisée, maman de deux enfants et financée à leur père, un homme formidable.⁠

Citadine depuis toujours, je suis attirée et apaisée par la nature, que ça soit les mouvements des feuilles d’un arbre, la mélodie des vagues, le toucher de la terre ou l’odeur de la pluie.⁠

Je suis sensible, attentionnée, introvertie et un peu timide, mais aussi dynamique, courageuse et remplie de rêves.

Tout cela résonne en vous ? Vous avez une question ?

error: Contenu protégé !